Prise en main du First 32

Prise en main du First 32

Le jour tant attendu est arrivé, Tomiak notre first 32 est sur son ber ! Dans cet article, je vais vous raconter par quel processus nous en somme venu à faire son acquisition.

La petite histoire du nouveau propriétaire

En navigant sur les côtes sud de l’Angleterre et l’Irlande sur TIM le fidèle armagnac familial, et en Bretagne sur CHINOOK l’armagnac du grand père, le virus de la voile à peu à peu fait sa place en moi.

Après avoir loué pas mal de voilier d’occasion, j’ai pu expérimenter les avantages et les inconvénients de louer un voilier. Le plus gros défaut étant le manque de liberté pour organiser une sortie, et le fait d’être obligé de remplir le bateau au maximum de ses capacités afin que le coût de la location ne soit pas trop onéreux. De plus, l’entretien de certains bateau laissait franchement à désirer, et aucun voilier loué n’était équipé d’un étais largable, ce qui n’est pas gage d’une sécurité assurée !

A la recherche de la bonne occasion

Après avoir traîné pendant 6 mois sur le boncoin à la recherche d’un bateau d’occasion, nous avons finalement jeté notre dévolu sur un First 32. Nos critères était les suivants :

  1. assez logeable pour deux adultes et trois ou quatre enfants.
  2. marin et capable de bien remonter au vent.
  3. bon marcheur afin de pouvoir un peu régater
  4. équipé d’une jupe pour faciliter les embarquements en annexe des enfants
  5. pas cher (budget inférieur à 20 000€)

Tomiak, notre first 32, est sur son ber, prêt à se refaire une beauté pour la saison !

 

Le first 32 sur son ber

Au programme :

– Nettoyage général de l’intérieur
– Traitement des points de rouille sur la quille
– Démontage du safran, et réparation de la fissure
– Rebouchage des impacts sur la coque
– Changement du haubanage
– …

Bref il y a du travail !

Laisser un commentaire

Fermer le menu
%d blogueurs aiment cette page :